Sara de Suisse

Je m’appelle Sara, j’ai 35 ans et je vis à Yverdon. J’ai deux enfants et je suis divorcée.

J’ai grandi à Yverdon avec mon grand frère. Nous avions un quatre pièces. Les chambres étaient petites et la cuisine très vieille.

Dehors, je pouvais voir depuis ma chambre un superbe pommier. Le soir, quand je devais aller au lit, ma mère ouvrait la fenêtre et je pouvais entendre les oiseaux chanter. Ma mère priait tous les soirs avec moi. Quand elle était de bonne humeur, elle allait un peu avec moi dans mon lit. Je pouvais me blottir dans ses bras et sentir son parfum. J’étais heureuse dans ces moments-là.

Mon frère ne jouait jamais avec moi. Il disait que les petites soeurs étaient ennuyeuses. Il avait des problèmes à l’école et la plupart du temps, il revenait à la maison avec de mauvaises notes. Mon père le grondait souvent et le battait aussi. Parfois, mon frère pleurait, mais seulement quand personne ne pouvait le voir. Il ne disait presque rien pendant le diner et nous nous taisions aussi. On entendait juste la radio.

Quand mes parents se disputaient, ils allaient dans la chambre à coucher. Mais nous pouvions les entendre. Parfois, ma mère pleurait. Mon père sortait souvent le soir. Nous étions alors très heureux tous les trois. Nous faisions une soirée télé et nous mangions un bon dessert. Mon père était policier et ma mère caissière. Nous avons utilisé l’argent qu’ils ont gagné pour acheter une caravane. Tous les samedis de mai à septembre, nous allions au lac de Neuchâtel et nous rentrions le dimanche soir. Là-bas, j’avais beaucoup d’amies. Nous jouions avec l’eau et des pierres ou avec nos poupées. Mon père lisait le journal et fumait des cigarettes, ma mère feuilletait un magazine ou tricotait. Mon frère sortait avec ses copains. Nous étions tous heureux.

Je suis entrée à l’école à l’âge de sept ans. J’étais tellement fière de mon sac à dos ! Il était rouge et bleu, avec des papillons jaunes. Au début, j’étais très heureuse à l’école : je pouvais très bien écrire. Malheureusement, je n’étais pas bonne en calcul et en dictée. Ma mère me faisait beaucoup travailler. Mais je ne me souvenais plus de rien lors des examens et j’avais des mauvaises notes.

J’avais une bonne amie. Nous étions ensemble tous les jours, nous jouions, bricolions ou nous nous racontions nos secrets. Elle vivait dans un grand appartement. Je mangeais souvent avec sa famille. Ils parlaient et riaient beaucoup. C’était bien différent de chez nous ! Mon amie est allée au lycée après la 6ème classe et moi, je suis allée à l’école secondaire. Après cela, nous avons perdu contact. Je n’aimais pas beaucoup l’école et j’ai été contente de commencer un apprentissage pour travailler dans un bureau.

J’ai travaillé quelques années, et j’ai finalement été embauchée dans une agence de voyage. C’était le métier de mes rêves. Entre-temps, je me suis mariée et j’ai eu deux enfants. Quand ils étaient petits, je ne travaillais qu’à temps partiel et ils étaient gardés par une assistante maternelle. Maintenant, mes enfants sont tout à fait indépendants et je travaille à 80 pour cent.

Mon mariage n’était pas très heureux. Nous nous sommes séparés sans problème et nous sommes toujours en contact à cause des enfants. Nous fêtons Noël et les anniversaires des enfants ensemble.

Mes enfants sont ce que j’ai de plus important dans la vie. J’espère qu’ils auront une bonne profession, qu’ils trouveront un bon conjoint et qu’ils ne devront pas vivre seuls.


Texte à lire (PDF)
Grande image du portrait (PDF)