Marcelo du Brésil

Mon nom est Marcelo, j’ai 31 ans et je viens de Rio de Janeiro. Je vis à Genève depuis deux ans. Je suis marié, et nous allons bientôt avoir un enfant.

J’ai grandi avec mes cinq frères et soeurs dans les favelas de Rio. Étant le deuxième enfant de la famille, je devais toujours beaucoup aider à la maison : réparer des murs et des tuyaux, chercher de l’eau au camion-citerne, amener les frères et soeurs plus jeunes à l’école. Mes parents nous aimaient, nous les enfants. Parfois, mon père buvait trop et s’attirait des ennuis. Cela nous dérangeait, mais nous nous en sortions quand même. Il y avait aussi beaucoup de bons moments pendant lesquels on riait et chantait tous ensemble. Maman était souvent malade. Il était difficile pour elle de travailler autant. Nous avions toujours peur qu’elle puisse mourir. Nous ne pouvions pas acheter de médicaments car ils étaient trop chers pour nous.

Mon père était jardinier pour une famille riche. Ma mère faisait la cuisine pour la même famille. Chaque soir, elle nous ramenait les restes des repas, comme par exemple du riz et des haricots avec de la viande de boeuf. Elle faisait frire la viande et nous la mangions avec du manioc. Mon petit frère a commencé à se droguer à 10 ans. D’abord la marijuana, plus tard le crack. Pour se procurer de l’argent, il nous volait et une fois, il a même vendu mes chaussures de foot ! J’étais très déçu et fâché contre lui. Il faisait également commerce de ces drogues et il avait beaucoup de problèmes avec la police.

Le soir, je passais la plupart du temps à jouer au football sur la place de l’école. J’avais beaucoup d’amis et les filles m’aimaient bien même si j’étais petit et mince. Et puis, j’étais un bon footballeur !

A huit ans, je suis entré à l’école. Les cours étaient irréguliers. Parfois les enseignants ne venaient tout simplement pas, parce qu’ils avaient trouvé un travail mieux payé. J’étais très bon à l’école, surtout en musique et en mathématiques. J’aurais aimé devenir comptable, mais j’ai dû chercher du travail, parce que ma maman ne pouvait plus travailler. J’avais plusieurs emplois. Plus tard, j’ai voulu intégrer l’armée, mais je n’ai pas été pris. Je n’étais pas assez fort. J’ai donc commencé à travailler chez Nestlé comme homme à tout faire.

Le weekend, je passais la plupart du temps à jouer de la musique avec mon groupe. C’était toujours très festif. Tout le monde amenait quelque chose à manger et à boire. Parfois, nous allions là où les touristes se trouvaient et nous recevions de l’argent pour notre musique.

Ma grande soeur s’était mariée avec un Suisse et elle m’avait invité à son mariage. J’ai reçu un visa de tourisme. La Suisse était belle. J’ai voulu gagner un peu d’argent sur place et ai commencé à jouer de la musique dans la rue. Tout à coup, je me suis retrouvé avec beaucoup d’argent. Je suis resté plus de trois mois. La police m’a finalement expulsé. Dès que j’ai eu assez d’argent pour voyager, je suis retourné en Suisse. Auparavant, j’avais appris à connaitre une brésilienne qui venait de divorcer de son mari suisse. Nous nous sommes ensuite mariés.

Maintenant, je vis avec ma femme à Genève et je travaille à la poste comme employé de service du courrier. Ma femme a déjà une petite fille de son premier mariage. Nous attendons notre premier enfant. Je souhaite qu’il reçoive une bonne éducation et que son enfance soit moins dure que la mienne.


Texte à lire (PDF)
Grande image du portrait (PDF)