Temps

Représentation enfantine du temps – Changements au cours de l’évolution
Les enfants ont une perception du temps différente de celle des adultes. Plus ils sont petits, plus ils sont ancrés dans le présent. Ils ont des difficultés à concevoir le passé, le présent et le futur comme une continuité. C’est pourquoi les enfants en bas âge vivent chaque expérience de manière très intense et il leur est très difficile de supporter quelque chose de désagréable car pour eux cette situation n’est pas temporaire. De même, ils vivent très intensément chaque joie. Dans les premières années de l’enfance, ils développement progressivement une perception du temps qui passe. Ils commencent tout d’abord à distinguer le présent du passé. Ils peuvent se rappeler d’événements. Entre trois et quatre ans, ils arrivent progressivement à faire la différence entre hier, demain et la semaine prochaine. Cependant, la plupart des enfants peuvent se servir de manière fiable et sûre de notre calendrier – temps, jours, semaines, mois, saisons – uniquement lorsqu’ils ont l’âge d’aller à l’école. Les rituels tels que la célébration régulière d’événements, l’inclusion des saisons dans les jeux enfantins, le fait de parler du passé ou de regarder des photos aident l’enfant à acquérir une notion du temps.

Capacité de concentration et d’organisation
Être capable de s’orienter dans le temps est un élément important pour développer sa capacité de concentration et d’organisation. Lors de ses premiers mois de vie, un nourrisson commence à développer les bases de sa propre capacité de concentration. En fonction de la manière dont ses personnes de référence s’occupent de lui et jouent avec lui, un nouveau-né comprend ce que signifie se dévouer entièrement à quelque chose. Peu à peu, l’enfant se rendra compte que les actions demandent du « temps » et que différentes actions se déroulent consécutivement. Un enfant a également besoin d’avoir une certaine perception du temps pour pouvoir se réjouir à l’avance d’un événement agréable ou bien faire preuve de patience. C’est uniquement à ce moment-là qu’un événement ou une action remise à plus tard ne sera plus synonyme d’annulation. Les adultes peuvent aider l’enfant à acquérir une représentation temporelle en expliquant avec des mots l’organisation de leur journée : « Maintenant, nous avons encore besoin de lait, d’oeufs et de farine pour préparer une omelette pour le dîner, ensuite nous passerons à la caisse. Nous rentrerons vite à la maison car mon sac sera lourd. À la maison, nous prendrons alors le goûter. » Pour qu’un enfant puisse bien s’intégrer dans le monde scolaire, il doit être en mesure de distinguer les temps d’« apprentissage » des temps de « jeu » et de « repos ». Plus un enfant arrive à bien s’orienter dans le temps, plus il réussit à entreprendre des activités exigeantes, voire peu enthousiasmantes. L’orientation dans le temps et l’espace ainsi que la distinction entre ce qui est important et insignifiant sont également des bases de l’intelligence. Pour développer ses facultés, il est important de permettre à l’enfant de se déplacer dans son environnement – temporel et spatial – en toute sécurité. Ces compétences de base ne suffisent toutefois pas à garantir qu’un enfant pourra vraiment se concentrer dans sa vie quotidienne. Cela dépend aussi en grande partie du fait qu’il soit reposé (ou pas), qu’il ait à faire face (ou pas) à des conflits ou des problèmes qui pèsent lourdement sur lui ou qu’il manque (ou pas) d’exercice ou qu’il ait (ou pas) une alimentation saine et suffisamment d’air frais.

Capacité à faire face aux difficultés
Les expériences difficiles telles qu’un déménagement dans un nouveau domicile, le fait d’être témoin de violence ou la séparation des parents peuvent être plus facilement surmontées par un enfant lorsqu’il a une notion du temps. Cette dernière le renforce et le rend résiliant – c’est-à-dire capable de résister – car il peut classer ses expériences difficiles dans sa propre vie. Il peut ainsi se rendre compte que les situations agréables tout comme les situations difficiles font partie de sa vie et s’alternent. Il peut découvrir par lui-même ses propres moyens pour faire face aux problèmes qu’il rencontre, évaluer ses forces et apprendre de ses erreurs. Lorsqu’un enfant est capable de visualiser la dimension temporelle des événements, il lui devient plus facile de faire face aux difficultés.

Avoir du temps pour l’autre – Passer du temps ensemble
Une relation prend du temps. Ce constat est particulièrement valable pour un enfant. Un enfant en bas âge a besoin de toute l’attention de ses personnes de référence. Il se lie aux personnes qu’il juge fiables, disponibles et dignes de confiance. Il ne doit pas s’agir nécessairement (ou uniquement) de sa mère ou de son père : n’importe quelle autre personne qui consacrera un temps dédié et régulier à l’enfant pourra être considérée comme une personne de référence par ce dernier. En effet, il lui est possible de construire un lien solide avec plusieurs personnes de référence. Pour être soigné et réconforté, se sentir en sécurité, trouver des modèles et apprendre d’autres personnes, un enfant doit passer du temps avec ses personnes de référence. D’une part, une coexistence normale et réglée par un rythme quotidien est déterminante d’une relation. D’autre part, il est également important que des expériences particulières puissent être également possibles. Le développement et l’apprentissage se font dans un contexte social et via un échange vivant avec d’autres personnes. Enfin, un enfant a aussi besoin de temps pour résoudre les conflits auxquels il est confronté, se disputer avec d’autres et explorer les frontières entre lui-même et les autres.

Bibliographie pour approfondir :
Pour découvrir la bibliographie se référant à cette thématique, vous pouvez consulter le texte correspondant en allemand. Une version française de la bibliographie est en cours d’élaboration.